Comment devient-on UMR CNRS ? L’exemple de l’Institut de recherche Dupuy de Lôme

  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Comment devient-on UMR CNRS ? L’exemple de l’Institut de recherche Dupuy de Lôme

Le 13 juillet, l’AEF réservait à l’IRDL une belle fenêtre de communication en publiant une dépêche sur :
Comment devient-on UMR CNRS ? L’exemple de l’Institut de recherche Dupuy de Lôme
À retenir :
La labellisation UMR CNRS tient à plusieurs points :
-« Le laboratoire doit avoir une activité scientifique d’excellence et suffisamment riche : nombre de projets, de publications, etc.
-Il doit être positionné sur une thématique sur laquelle il est quasiment le seul au niveau national : c’est le point qui fait la différence. Parmi plusieurs laboratoires au niveau scientifique comparable, le CNRS choisira celui qui a des aspects différenciants. Dans notre cas, c’est l’ingénierie marine. C’est une « activité » que le CNRS n’avait pas à son catalogue. Le CNRS structure la recherche au niveau national ; s’il constate qu’il y a « un trou dans la raquette », il va s’intéresser aux laboratoires qui lui permettront de combler ce trou. Notre structuration en cinq thématiques a également intéressé le CNRS.
-La présence de l’Ensta Bretagne constitue également un élément intéressant pour le CNRS : cela lui permet d’avoir un pied dans cette école qui relève du ministère de la Défense, et pas uniquement de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ; le champ de la défense constitue un gros champ d’activité pour le laboratoire et le CNRS. »
L’IRDL souhaite évoluer en recrutant des chercheurs CNRS ! Rejoignez-nous !
La dépêche : Comment devient-on UMR CNRS ? L’exemple de l’IRDL

Article précédent
Jaime GRUNLAN reçoit le diplôme Honoris Causa de l'UBS
Article suivant
Les "savanturiers" font parler Stéphane Bruzaud de ces travaux sur les bioplastiques

PARTAGER

A LIRE ÉGALEMENT

Menu
WordPress Appliance - Powered by TurnKey Linux